Pulp fiction

Publié le par répliques

Réalisé par Quentin Tarantino http://holyhell.files.wordpress.com/2009/02/movie-poster_pulp_fiction1.jpg
Avec John Travolta, Samuel L. Jackson, Uma Thurman,
Interdit aux moins de 12 ans

Long-métrage américain.
Genre : Policier
Durée : 2h29 min
Année de production : 1994
Distributeur : Bac Films
 


Winston Wolfe : C’est à une demi-heure d’ici. J’y suis dans dix minutes.

Ringo : T'imagine ? Nettoyer une banque avec un portable ! Et personne qui lève le p'tit doigt ! Pff

Ringo : Garçon, du café !
La serveuse : J'suis pas un garçon j'suis une fille.

Winston Wolfe : Si vous le voulez bien, on se taillera des pipes plus tard, les enfants.

Jules : Tu connais le nom du "Quarter Pounder whith cheese" en France ?
Brett : Non...
Jules : Dis-lui Vincent !
Vincent : "Royal Cheese"
Jules : "Royal Cheese". Et pourquoi, t'as une idée ?
Brett : Euhhh... C'est... P'tet le système métrique... Chais pas.
Jules : Eh ! C’est qu'il faut pas le prendre pour un con Brett ! T'es très malin mon enfoiré !

Jules :La marche des vertueux est semée d'obstacles qui sont les entreprises égoïstes que fait sans fin surgir l'œuvre du Malin. Béni soit-il l'homme de bonne volonté qui, au nom de la charité, se fait le berger des faibles qu'il guide dans la vallée d'ombre de la mort et des larmes... Car il est le gardien de son frère et la providence des enfants égarés. J'abattrai alors le bras d'une terrible colère, d'une vengeance furieuse et effrayante sur les hordes impies qui pourchassent et réduisent à néant les brebis de Dieu. Et tu connaîtras pourquoi mon nom est l'Éternel quand sur toi s'abattra la vengeance du Tout-Puissant !

Butch : Qu'est ce qu'y a, tu veux ma photo ?
Vincent : T'es pas mon genre, tocard.
Butch : Qu'est-ce t'as dit ?
Vincent : Je crois que t'as très bien entendu, abruti.

Jules :
Je te signale que les flics ont une fâcheuse tendance à remarquer les véhicules pleins de sang !

Mia : Ne sois pas si... [dessine un carré avec ses doigts]
Vincent : Inutile de me faire un dessin, hein.

Winston Wolfe :
De quoi ils ont l’air Jimmy ?
Jimmy : Cons... Ils ont l’air de deux pauvres cons !
Jules : Hin-hin, elles sont à toi les fringues, connard !

Mia : Oh tiens... tu peux m'en rouler une à la cowboy ? [elle parle de cigarette]
Vincent : Bien sûr, Calamity Jane.

Jules : Si tu savais comme moi te servir d’une savonnette ta serviette aurait pas l’air d’un tampax !

Vincent : Je vais pisser
Mia : C'est une précision dont je me serai allègrement passée Vincent, mais fais comme chez toi.

Jules : Ringo, t'ouvres ton sac en plastique. Trouves-y mon larfeuille.
Ringo : C'est lequel ?
Jules : Celui où il y a écrit "Bad mother fucker".

Vincent : Arrête de me regarder comme ça ! Arrête je sens le poids de ton regard !

Winston Wolfe
: Tous les deux vous avez l'air... De quoi ils ont l'air Jimmy ?
Jimmie : Heu... Cons ! [Wolfe rigole] Ils ont l'air de deux pauvres cons tout les deux.
Jules : Ah ah ah elle sont à toi les fringues connard.

Vincent :
Oh nom de Dieu !
Jules : Pas de blasphèmes !
Vincent : Nom de dieu de merde !

Lance : Si ça va, dis nous un mot.
Mia : Un mot.

Butch : Je serai là le temps de dire "tarte aux myrtilles"
Fabienne : Tarte aux myrtilles
Butch : ... P'tet pas si vite...

Fabienne : J'me regardais dans la glace ce matin, j’aurais voulu avoir de la brioche.
Butch : Ah, tu t'es regardé dans la glace ce matin et ça t'a ouvert l'appétit ?
Fabienne : Pas cette brioche. Du bide imbécile ! Le bide c'est très sexy.

Mia :
Trois tomates se baladent dans l'avenue. Papa tomate, maman tomate et bébé tomate. Bébé tomate traîne, regarde les belles nanas. Papa tomate se met en rage, lui balance une claque et lui dit : "Qu'est ce t'as ? T'es tout rouge."
Vincent : Hum hum.
Mia : "T'es tout rouge."

Marsellus : D’abord, tu pars LOIN !
Butch : Ok.
Marsellus : Une fois loin... tu RESTES loin !

Jules : Vincent... regarde la taille de ce flingue ! Il est plus gros que le bonhomme !!

Butch : Je fais le mort dans la 5e.

Roger : Personne ne tue personne dans mon établissement à part moi et Zed.

Fabienne : Butch... je voudrais que tu me fasses jouir avec ta langue.

Vincent :
Excuse-moi, j'vais rentrer chez moi faire ma crise cardiaque.

Voici une petite vidéo de youtube avec quelques répliques pulp fiction
:

Publié dans 1994

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article