La classe américaine

Publié le par répliques

La Classe américaine ou Le Grand Détournement est un film de 1993, écrit et réalisé par Michel Hazanavicius et Dominique Mézerette. Il est exclusivement composé d'extraits de vieux films de la http://cycyr.chez.com/img/grand_detournement.jpgWarner, montés et doublés afin de créer un nouveau film inédit. Le titre du film provient de l'expression populaire classe américaine.



Première voix off : Attention, ce flim n’est pas un flim sur le cyclimse. Merci de votre compréhension.

Deuxième voix off : Entre l’Australia et la South América, dans l’océan South Pacific : l’atoll de Pom Pom Galli.


José : Ah, voilà enfin le roi de la classe ! L’homme trop bien sapé, Abitbol ! Alors comme ça tu as été élu l’homme le plus classe du monde ! Laisse-moi rire !

Georges Abitbol : Ecoute-moi bien, mon petit José. Tu baises les ménagères, bien, tu dois avoir le cul qui brille. Mais c’est pas ça qu’on appelle la classe.

José
:
Tu fais un amalgame entre la coquetterie et la classe !

Georges Abitbol : J’en ai pour plus d’une barre de fringues sur moi. Alors, va te faire mettre !


Georges Abitbol : Le train de tes insultes roule sur les rails de mon indifférence.

Georges Abitbol : Tiens regarde, les anglais ont débarqués, on va être obligés de passer par derrière. Tu sais par ce tunnel tout sombre qui sent pas très bon.


Georges Abitbol : Monde de merde.

Georges Abitbol : Je préfère partir plutôt que d’entendre ça plutôt que d’être sourd !

La radio :
Et puis je vous rappelle la principale information de cette édition, la disparition subite de George Abitbol, qui depuis plus de 15 ans portait officiellement le titre de l’homme le plus classe du monde.

L’Indien :
Tu entends ? Des chips ! C’est tout ce que ça te fait quand je te dis qu’on va manger des chips ?

Dave : Allo Peter ? Prends un papier, je vais te donner le numéro d’un certain Jacques, faudrait l’interroger. Alors c’est le 19 94 0 18 13 24 32 49 26 24 40 4 16 70933, 16 moins 4 euh, attention il y a un piège…

Jacques :
Bonsoir !
Georges Abitbol : Pédé !

Un homme du futur :
Tu peux me dire ce qu’on fait dans ce film, Bob ?
Bob : Oui je pourrais, mais d’abord faut sucer. Ah ça va, je plaisantais, détends-toi. On a rien à faire là, ça doit être une erreur dans l’enchaînement des flashbacks. Ça devrait pas trop durer.
Un homme du futur : Ça m’a l’air d’un bordel…

Yves Tiens, si je vous disais qu’il y a rien que j’adorais plus que les longues chevauchées solitaires dans les grands espaces vierges. La communion intime avec la nature, l’extase des sens, un sentiment grisant de liberté, l’osmose, quoi.

Joël :Très bien. C’est une devinette. Qu’est-ce qui a trois bras, un seul chapeau, deux chemises et une veste, un foulard, un pistolet et quatre oreilles ?
Georges Abitbol : Mais aucun problème. C’est le cowboy de Tchernobyl.
Joël : Bravo, il la connaissait !
Georges Abitbol : Au revoir, Messieurs-Dames. C’est ça, la puissance intellectuelle. Bac + 2, les enfants.

Il est possible de visionner le film sur dailymotion, il est en trois parties, voici la premiere






Publié dans 1993

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
En souvenir de ce bon vieux Georges!!

https://www.facebook.com/pages/Georges-Abitbol-lhomme-le-plus-classe-du-monde/623294854362728?sk=insights§ion=navLikes
Répondre